top of page

La Noblesse du temps de Salvador Dalí en Andorre


la noblesse du temps de Dali en andorre

La Noblesse du temps est une sculpture réalisée par l'artiste catalan Salvador Dalí et bien qu'elle ait été cédée à la principauté d'Andorre en 1999, ce n'est qu'en août 2010 que ce monument a été installé dans son emplacement actuel, sur la Plaza de la Rotonde d'Andorre-la-Vieille.

L'œuvre elle-même est datée entre 1977 et 1982, donc même si des similitudes peuvent être trouvées entre ses œuvres picturales les plus importantes et cette série de sculptures, il ne faut pas oublier que la plupart de ses peintures connues datent d'une période antérieure.


Comment est-il arrivé en Andorre ?

Cette sculpture a appartenu à Enric Sabater, ami et confident de l'artiste catalan entre 1968 et 1982. La sculpture est passée par plusieurs musées avant que le propriétaire décide que l'œuvre devait être exposée en Andorre. En effet, c'est le propriétaire de l'œuvre qui a eu l'initiative de remettre cette sculpture aux autorités andorranes afin que les gens puissent apprécier l'art de Dalí, puisqu'il était lui-même un collectionneur spécialisé dans l'artiste.


Dalí, un peintre très célèbre, mais quoi d'autre ?

Dalí est un artiste clairement marqué par l'école du surréalisme, école née dans le domaine de la littérature et qui prône avant tout une grande liberté de l'artiste dans son travail. L'inconscient y cherche à dépasser la réalité qui serait sa matière première, mais jamais le résultat final. L'artiste tente ainsi d'aller au-delà de l'apparent et de la logique, pour donner un nouveau sens aux objets les plus banals.


Salvador Dalí est probablement le représentant le plus reconnu de cette période artistique, car son travail plutôt sauvage et sa personnalité extravagante en ont fait une icône même parmi ses contemporains. Il disait lui-même que « la différence entre moi et les surréalistes, c'est que je suis le surréalisme ».

L'interprétation de l'œuvre

Avant de commencer toute lecture d'une œuvre surréaliste, il faut prendre en compte que la dimension réelle et la dimension inconsciente s'entremêlent pour former un tout, ce qui influence également le sens global de la pièce.


L'un des éléments caractéristiques de la création de Dalí sont les horloges et le passage du temps qu'elles représentent, communément appelées horloges souples.

L'œuvre la plus connue de l'artiste sur ce thème est La persistance de la mémoire, une huile sur toile qui définit son style surréaliste et qui est actuellement conservée au Museum of Modern Art de New York, bien qu'elle ait été réalisée dans le pays natal de l'artiste. en Espagne


Cette peinture en concret comporte de nombreux éléments symboliques que l'on retrouve également dans la sculpture d'Andorre, bien qu'elle ait été réalisée à une époque ultérieure.

La première similitude que l’on peut retrouver dans les deux créations est la présence d’un arbre sec. Cet arbre a été associé dans le domaine pictural à une représentation de Thanatos, le dieu de la mort dans la mythologie grecque. Le lien entre mort et temporalité est donc très présent dans ces exemples.


Le tronc symbolise également le temps comme mémoire du passé, puisqu'il préserve ses racines, mais il le fait en se mélangeant à la pierre qui lui sert de support. On peut donc observer un contraste entre la vie et la mort qui est accentué par le manque de vitalité de l'arbre en question. Serait-ce parce que le temps repose inévitablement sur le tronc, qui rappelle donc la décadence humaine ?


Dans la dimension réelle, la couronne de l'horloge peut être considérée comme le composant qui permet de régler l'heure, ce serait donc l'humain qui aurait le contrôle de l'objet, mais dans la dimension onirique, la couronne symbolise la royauté qui place le temps comme une entité supérieure à l’humanité et à laquelle il ne peut échapper.

L'horloge elle-même a aussi une double lecture, d'une part elle fond et se moule à l'arbre, mais elle est aussi synonyme de mouvement et est une force structurante des éléments de la sculpture. Cela nous rappelle également le mythe du char ailé de Platon, dans lequel il explique la dualité de la condition humaine qui fait débat entre les forces du bien et les forces du mal. Certains êtres humains conserveraient encore leurs ailes, pour pouvoir monter vers le divin, mais d'autres les auraient perdues, et seraient donc condamnés au plateau terrestre pour toujours.


Cette interprétation est particulièrement intéressante si l’on prend en compte les deux chiffres qui accompagnent l’horloge.

Sur le côté droit on peut voir un ange en position réfléchie, et sur le côté gauche une femme avec un châle.

La pose de l'ange nous rappelle l'œuvre emblématique d'Auguste Rodin Le Penseur et telle quelle, elle représenterait l'éternelle préoccupation de l'humanité pour le temps qui passe et l'obsession de retrouver le temps perdu.


De l’autre côté, on peut voir une femme enveloppée dans un châle regardant le ciel. Sa position ainsi que le châle lui confèrent du mouvement et une sensation de légèreté. Son regard va plus loin pour reconnaître le pouvoir de l'inconscient, le seul réellement capable de conserver les mémoires du temps. A travers la dimension onirique, la femme et l'ange perdent leur identité charnelle et acquièrent de nouvelles significations.

En fait, tous deux représentent dans le monde onirique le contraire de ce qu’ils représenteraient dans la réalité terrestre, et de ce qu’ils devraient représenter dans le mythe susmentionné du char ailé. L'ange représente la condition humaine condamnée à souffrir au fil du temps et la femme représente la fascination pour la dimension onirique qui donne un nouveau sens à la réalité et libère l'âme des préoccupations terrestres.


Mais il ne faut pas oublier que toute œuvre d'art est soumise à l'interprétation du spectateur et, comme le disait Dalí lui-même, "Ce qui compte c'est de semer la confusion, pas de l'éliminer".

Emplacement:

emplacement de la noblesse du temps en andorre

Comments


bottom of page